Benvingudes al nostre blog!

"Ara que estem recuperant les nostres places, també podem proposar-nos el debat sobre els nostres espais a les cases, a la vida quotidiana, en la realitat del dia a dia. Debatre el lloc de la família, els rols que sosté, els autoritarismes que reprodueix, com a lloc d'afirmació del patriarcat. Imaginar noves formes de viure les nostres relacions, a casa, a la plaça, i també en les organitzacions populars que van naixent o es van transformant atravessades per aquest temps històric insurgent"
Claudia Korol, en Buenos Aires

miércoles, 4 de octubre de 2017

Crida a la Vaga 3-O: Per les llibertats i contra la repressió

Nosaltres, FEMINISTES de diversos col·lectius, fem una crida a totes per sumar-nos a aquesta convocatòria de vaga i ens plantem davant la situació que vivim a Catalunya d’agressió, repressió i vulneració dels drets i de les llibertats civils i polítiques per part de tots els governs, i especialment, davant la brutalitat i violència policial, violència masclista i agressions sexuals a les dones, també, a  la jornada 1-O.

Defensem, com hem fet sempre, el dret a decidir, en primer lloc sobre els nostres cossos, el nostre primer i més valuós territori  i considerem la repressió actual continuïtat de diferents formes de violència exercida contra els nostres cossos, les nostres sexualitats, la nostra capacitat reproductiva, les nostres identitats de gènere  i cadascuna de les violències exercides contra dones, lesbianes, persones trans, migrades,  gitanes, funcionalment diverses, etc.

D'altra banda, recordem els feminicidis no perseguits, les agressions impunes als CIE's o la detenció i persecució dels moviments dissidents per part de l'estat espanyol en connivència i col·laboració amb les institucions catalanes del poder.

Recordem que la retallada de llibertats actuals és conseqüència lògica de la deriva mai aturada del règim del 78, que aflora avui amb el dret a decidir sobre la independència de Catalunya, però que  ja  s'ha fet palesa abans en múltiples ocasions (Llei Mordaça, Llei d’Estrangeria, la reforma del Codi Penal i laboral, etc.).

Assenyalem la tolerància amb la corrupció dels governs masclistes català i espanyol, emmascarant la dita “crisi” per incrementar la pobresa, per engrandir les desigualtats socials amb retallades i reduccions pressupostàries (especialment en serveis socials, salut i educació), retallades en les que Catalunya fou pionera, i per privatitzar els serveis públics i els bens comuns (aigua, electricitat, etc.).

I, sobretot, exigim el dret a decidir-ho TOT, tot allò que afecta a les nostres vides i als nostres cossos, als nostres territoris, i al nostre dia a dia.

Per tot això i molt més, cridem a plantar cara a una violència que és estructural per posar el focus sobre la invisibilitat i el silenci de les demandes de les lluïtes feministes i per impulsar un canvi que aturi la roda del capitalisme hetero-patriarcal i depredador, així com tota forma de fonamentalisme, fascisme i racisme.

FEM UNA CRIDA A LA PARTICIPACIÓ DE TOTES LES DONES, LESBIANES I TRANS: aturades, precàries, mestresses de casa, treballadores domèstiques, migrants, estudiants, treballadores del sexe, camperoles, jubilades...

VOLEM QUE LA VAGA DEL DIA 3 SIGUI LA VAGA DE TOTES que reculli l’expressió de totes les nostres reivindicacions.

EL DIA 3 SERÀ una JORNADA DE LLUITA: penjarem el davantal, ocuparem les places i els carrers, tancarem els mercats i les botigues, aturarem el transports i mostrarem que NOSALTRES MOVEM EL MÓN perquè som les que sostenim la vida.

UNA JORNADA DE LLUITA que ens encaminarà cap a la propera VAGA  FEMINISTA DEL DIA 8 DE MARÇ DE 2018.

VENIU TOTES A LA CONCENTRACIÓ DELS JARDINETS DE GRÀCIA (Metro Diagonal) A LES 17,30 DE LA TARDA DEL DIA 3 D'OCTUBRE. HI HAURÀ BABYBLOCK!!

VISCA, VISCA, VISCA LA LLUITA FEMINISTA!!!

MANIFEST FEMINISTES INDIGNADES 28.o9.2o17 [ENG]



For the self-determination of our bodies and our peoples, for the freedom of Catalonia and for an authentic constituent process breaking off from the 1978 regime (*)


Feministes Indignades is a network of women, lesbians and trans born out of the Acampada, i.e. occupation, of Plaça Catalunya during the citizen uprising of May 15th 2011, 15M, to reject the coup d'etat by financial markets, the International Monetary Fund and the Troica, that impoverish and kill people by implementing reforms and austerity policies and slashing rights. As for the Spanish state, in August 2011, PP-PSOE (the main right and left wing political parties in Spain) violated people sovereignty with a reform of the article 135 of the Constitution (supposedly not reformable) to fix a limit to the public deficit.

We, Feministes Indignades, practice and support feminist civil disobedience against laws and unfair and illegitimate policies: in May 2011, we disobeyed the eviction order of Plaça Catalunya, given by the regional government Ministry of Interior, a Convergencia i Unió (CIU) government (Catalan nationalist right-wing party), and the interdiction by the Central Electoral Committee, to occupy squares and streets during the electoral day of reflection before the municipal elections. In June 2011, we disobeyed the markets and politicians' order, by surrounding the Parliament of Catalonia to oppose the first pack of austerity measures led by CIU. Since 2012 and until now, we have supported the campaign for abortion rights, that calls for feminist disobedience against the abortion law counter-reform initiated by Minister Alberto Ruiz Gallardón (former Minister of Justice in the Spanish government), which eventually was not approved, and against rights being taken away from minors under 18, who would have had to inform their parents or legal guardians, to exercise their right to abortion.

We, Feministes Indignades, are a diverse network, sharing different political tendencies and visions: some of us feel independentists, other federalists, some of us do not believe in state of any kind, be it Spanish or Catalan. Some of us question the sovereign process, some of us have actively participated and contributed to it. Many others do not think this is what matters most and are declaring to be feminists in resistance.

Some of us are outraged because we are migrants and the law Ley de Transitoriedad (e.g. establishing nationality rules in the independency context), prevents us to vote in the referendum, snatches away from us our agency to be political subjects, infringes our right to participate and worryingly reminds us of the racist Ley Española de Extranjería (law re. foreign nationals).

We defend the effective exercise of civil, political and social rights and freedoms, and are in resistance against capitalism, racism, heterosexism, patriarchy, fundamentalisms and fascism. We support people in resistance and believe in the self-determination of our bodies and peoples.

We want to bring down the patriarchal, capitalist and racist pact of the 1978 regime.

From our resistance, we want to participate in constituent processes enabling feminist democracies in which we can all participate (natives and migrants).


 We denounce,

That the measures with which the Spanish state has chosen to respond to the call for a Catalan referendum on 1st October, 2017, has violated fundamental rights such as: the right to a fair trial under a competent, independent and impartial tribunal, the right to intimacy, the right to the inviolability of the home, communication privacy, the right to freedom of expression and information, and the right to freedom of assembly and demonstration.

Among some of the most serious events that have taken place in the last few days are:
- the prosecution of more than 700 mayors for having enabled the organisation of the referendum of 1st October in municipal facilities, imposing fines counting in millions to all the members of the Court of Auditors in the Catalan Government and threats to school principals that would have offered these facilities for the referendum.

- shutting down the web page of the Generalitat (Catalan government) and violation of citizens' rights to express their opinions through the internet, freely and openly, which cannot be censured or limited.

- search of printing houses where material for the referendum was printed out and requisition of 1,5 millions leaflets and posters, among which figure official publications from the Generalitat.

- search of media offices and identification of journalists.

- ban on conferences and debate meetings on the right to decide in various places in the state - (Madrid, Vitoria/Gasteiz, Zaragoza...).

- effective suspension of the autonomy of Catalonia and deployment of a state of exception without declaring it. Detention of advisors, workers from the public service accused of sedition, economic intervention (Catalan Tax Agency, Department of Economy and Tax Office, Institute of Catalan Letters), intervention of Mossos de Esquadra (Catalan police) and imposition of a unique command under the Spanish Interior Minister, search of Catalan administration facilities and IT equipment. The Spanish state is applying de facto the article 155 of the Constitution.

- illegal attack by the police at the Headquarters of the political party Candidatura d'Unitat Popular and encirclement of the facilities for seven hours by the Policia Nacional. Permissiveness with generalised abuse by the police such as the Guardia Civil, Policia Nacional, Mossos de Esquadra and local police. Deployment of a state of exception de facto, with the arrival of 6,000 national police officers, civil guards, and with semi-military type of equipment (water cannons) to spread fear and terror among the Catalan population. All of this paid for with our tax money.

- Sedition charges for anyone participating in the demonstrations against our rights and freedoms being threatened.

- In addition, we would like to warn that over the last few days, fascist groups have been able to demonstrate without any issues, not even the presence of the police in the streets of Barcelona, and they have committed at least one assault, as well as threatening and insulting various individuals.


 For all of this,

We call for mobilisation, active and non violent resistance and feminist disobedience to defend civil, political and social rights, and the right to self-determination of Catalan people, for all individuals living in Catalonia (regardless of where they are and are coming from) to be able to freely decide their future.

We celebrate the massive response and determination of the Catalan society, to refuse the state of exception that limit our basic rights and freedoms. Since 20th September, we have been mobilising without fear and we are encouraging everyone to carry on doing it. The streets will always be ours!

On 1st October we must be able to vote, and this is only the beginning. We call for a transparent, horizontal, constituent process, radically democratic and popular, where we can all build a republic free from patriarchy, racism, capitalism, fundamentalism and fascism. The feminist practice and knowledge have built resistance and proposals to enable new feminist democracies where we can all participate, whether natives or migrants.

We support the call for a general strike from some unions, organisations and social movements on 3rd October, and we call for a social strike, of care and consumption; a strike where we can all participate.

We call for international feminist solidarity. In Catalonia, it is not only the future of the referendum that is at stake, but the possibility of independence or a republic. What is also at stake is the rights and freedoms of people living under the 1978 regime, that is showing its most authoritarian and anti-democratic face in Catalonia.

We encourage you to disseminate and extend solidarity and sisterhood to confront the fascist and fundamentalist derive of the Spanish state. We need your support to change this political, legal and police assault against us and Catalonia, and attempt to re-shape the conservative 1978 regime, in a feminist opportunity to take it apart from the bottom up, here and everywhere.

Feministes Indignades, anticapitalists, antiracists and antifascists.

Barcelona, 28th September, 2017


 

(*) The 1978 regime was born after the death of Franco, based on a constitution agreed between francoists and the political forces of the transition, which imposed a constitutional monarchy. The monarch was directly nominated by the dictator, Francisco Franco.

viernes, 29 de septiembre de 2017

MANIFESTE FEMINISTES INDIGNADES 28.o9.2o17 [FR]



Pour l’autodétermination de nos corps et de nos peuples et pour les libertés de la Catalogne et d’un véritable processus constitutif de rupture avec le régime de 1978 [1].

Nous, Feministes Indignades, sommes un réseau de femmes, lesbiennes et transexuelles créé lors du Campement de la Plaça Catalunya à Barcelone pendant la révolte citoyenne du 15 Mai 2011 (Mouvement des Indignés), qui refusait le coup d’état des marchés financiers et la séquestration de la souveraineté des États par la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International et la Troika, à coups de réformes, réductions des droits et politiques d’austérité, qui appauvrissent et tuent la population.
Dans le cas de l’État espagnol, le PP et le PSOE violèrent la souveraineté populaire en Août 2011 avec une réforme de l’article 135 de la Constitution (que l’on prétend aujourd’hui irréformable) destinée à fixer une limite pour le déficit public.
Nous, Feministes Indignades, pratiquons et appuyons la désobéissance civile féministe devant les lois et les politiques injustes et illégitimes : en Mai 2011, nous avons désobéi l’ordre d’évacuation de la Plaça Catalunya donnée par le Ministère Autonome de l’Intérieur dirigé par le parti Convergència i Unió (CiU[2]), et l’interdiction du Conseil Électoral Central d’occuper les places et les rues pendant la journée de réflexion électorale qui a précédée les élections municipales. En Juin 2011, nous avons désobéi le mandat des marchés  et de la politique représentative en encerclant le Parlement de Catalogne pour refuser le premier paquet de réductions budgétaires et de réformes d’austérité promu par le gouvernement de CiU. De 2012 jusqu’aujourd’hui présent nous avons appuyé la cam pagne du droit à l’avortement, qui appelle à la désobéissance féministe face à la contre-réforme de la loi de l’avortement  (impulsée par le ministre Alberto Ruiz Gallardón) (PP)  qui finalement ne fut pas approuvée  et contre l’atteinte au droit au propre corps des femmes de moins de 18 ans qui désiraient avorter[3] . Nous, Feministes Indignades, avons inclus dans notre agenda les revendications féministes sur les vies libres de violences et qui figurent dans les campagnes du 25N[4],  avec la promotion de l’autodéfense féministe ; la déclaration de « L’amour nuit gravement à ton autonomie », la célébration de la fête de Saint Violentin et aussi la solidarité antirépressive  face aux violences de l’État (action « Toutes avec Esther/ contre les balles de caoutchouc », entre autres).  De la même façon, Féministes Indignades, défendons le droit à décider sur nos corps et appuyons différentes revendications telles que: l’avortement libre, sûr et gratuit, la promotion de l’orgueil gay, le slogan « Dehors les chapelés de nos ovaires ! »,  le soutien des prostituées indignées, la grève  en matière des soins,  ou la liberté de dire « Je décide, je TRANScours par mon corps »
Nous, Feministes Indignades, sommes un réseau pluriel qui rassemble des courants et des visions politiques diverses : certaines d’entre nous, nous sommes indépendantistes, d’autres, fédéralistes, d’autres ne croyons en aucun État, ni espagnol, ni catalan. Certaines, nous nous sentons interpelées par le processus actuel vers la souveraineté,  d’autres nous y avons participé et nous l’avons appuyé activement. Mais,  il y en a aussi beaucoup d’autres parmi nous qui nions que cela soit le vrai  débat et qui nous déclarons féministes en résistance et d’autres encore qui sommes indignées parce que nous sommes des émigrées et que la Ley de Transitoriedad Jurídica y Fundacional de la República Catalana[5] nous interdit de voter au Référendum, nous enlève la capacité d’être des sujets politiques, nous empêche toute participation et a de dangereuses ressemblances avec la Ley Española de Extranjería, de contenu raciste.

Nous appuyons l’exercice réel des droits et les libertés  civiles, politiques et sociales et nous sommes en résistance face au  capitalisme, le racisme, l’hétérosexisme, le patriarcat, les fondamentalismes  et les fascismes. Nous soutenons les peuples en résistance et nous croyons à l’autodétermination de nos corps et de nos peuples. Nous voulons démanteler les accords patriarcaux, capitalistes et racistes qui sont à la base du régime espagnoliste de 1978. A partir de nos résistances nous voulons participer à un processus constituant  et l’impulseraussi bien au niveau catalan qu’espagnol  et que puissent y participer toutes les personnes (autochtones et émigrées).

NOUS DÉNONÇONS :
Que les mesures de réponse de l’État espagnol à la convocation du Referendum catalan du 1er. Octobre 2017 ont été une vulnération des droits fondamentaux tels que : le droit à un jugement juste et à la tutelle judiciaire effective ; le droit à l’intimité, à l’inviolabilité du domicile et à l’intimité des communications ; e droit à la liberté d’expression et d’information ; et le droit à la liberté de réunion et de manifestation.

Parmi les graves mesures prises ces derniers jours nous signalons, entre autres :
·         La dénonciation devant la justice de plus de 700 maires et mairesses pour faciliter la célébration du referendum du 1er octobre dans les installations municipales ; l’ imposition d’amendes très lourdes à tous les membres de la Sindicatura Catalana[6] et la formulation de menaces adressées aux directeurs et directrices d’écoles qui céderaient leurs installations pour permettre le vote.
·         La fermeture des pages web de la Generalitat de Catalunya consacrées au referendum et la violation des droits des citoyens à exprimer leurs opinions à travers un Internet libre, ouvert, qui ne puisse pas être censuré ni restreint.
·         La fouille des imprimeries où se préparait le matériel du referendum et réquisition de 1,5 millions de brochures et de posters, parmi lesquels des publications officielles du Gouvernement de la Generalitat.
·         Les fouilles policières dans les médias et l’identification de journalistes.
·         L’ interdiction de conférences, rencontres  et débats sur le droit à décider, en diverses villes espagnoles (Madrid, Vitoria, Saragosse …)
·         La suspension de fait de l’autonomie de la Catalogne et la mise en place d’un état d’exception non déclaré.
·         La mise aux arrêts de certains directeurs et responsables du Gouvernement autonome, ainsi que de travailleurs et travailleuses du secteur public accusés de sédition.
·         L’intervention économique de la Generalitat par l’État central (Agence Fiscale Catalane, Département d’Économie et Finances, Institution des Lettres Catalanes).
·         L’intervention de la Police autonome (Mossos d’Esquadra) et l’imposition d’un commandement unique par le Ministère de l’Intérieur, la fouille des installations et des équipements informatiques de l’administration publique catalane. L’État espagnol met ainsi en application de facto l’article 155 de la Constitution[7].
·         L’assaut policier illégal au siège du parti politique Candidatura de Unidad Popular (CUP) et l’encerclement des locaux pendant sept heures par la Policia Nacional (Police de l’État central), et la permissivité face aux abus policiers généralisés de la part de la Policia Nacional, des Mossos d’Esquadra et des polices locales.
·         Le déploiement de fait d’un état d’exception avec l’arrivée de 6.000 policiers nationaux et gardes civiles dotés  d’un équipement de type semi-militaire (canons d’eau) pour imposer la peur et la terreur à la population catalane (et tout cela payé avec nos impôts!).
·         La mise à disposition de la justice, sous l’accusation de sédition de personnes ayant participé à des manifestations en défense des droits et des libertés.
De plus, nous alertons que pendant les derniers jours des groupes fascistes se sont manifestés sans problèmes ni présence policière dans les rues de Barcelone et ont commis au moins une agression, outre le fait de menacer et d’insulter diverses personnes.

Pour tout cela,
·         Nous faisons un appel à la mobilisation, à la résistance active non violente et à la désobéissance féministe pour défendre les droits civils et politiques et le droit à l’autodétermination du peuple catalan, pour que toutes les personnes qui vivent en Catalogne (d’où qu’elles soient et d’où qu’elles viennent) puissent décider librement leur futur.
·         Nous célébrons la réponse massive et déterminée de la société catalane, pour refuser l’état d’exception et la limitation des libertés et des droits. Depuis le 20 septembre nous nous sommes mobilisées sans peur et nous encourageons à continuer à le faire. Les rues seront toujours de notre côté !.
·         Le 1er octobre nous devons pouvoir voter, mais cela est seulement un début. Nous réclamons un processus constituant transparent, horizontal, radicalement démocratique et populaire, dans lequel nous pourrons toutes ensemble construire une république libre du patriarcat, du racisme, du capitalisme, des fondamentalismes et des fascismes. Les savoirs et les pratiques féministes sont indispensables pour un véritable changement. Beaucoup d’espaces féministes ont construit des résistances et des propositions pour habiliter de nouvelles démocraties féministes où nous  participons toutes, (autochtones et émigrées).
·         Nous appuyons l’appel à la grève que certains syndicats, organisations et mouvements ont lancé pour le 3 octobre et nous faisons un appel à la grève générale, sociale,  de soins aux personnes et de consommation, une grève où toutes les personnes puissent participer.
·         Nous faisons un appel à la solidarité féministe internationale. En Catalogne il ne se joue pas seulement le futur du referendum, de la possible indépendance ou de la future république. Ce qui est en jeu, ce sont les libertés et les droits de toutes les personnes qui vivent sous le régime de 1978, qui montre aujourd’hui en Catalogne son visage le plus autoritaire et le plus antidémocratique.
Nous vous animons à diffuser et à étendre la solidarité et la sororité pour faire face à la dérive de l’État espagnol vers le fascisme et le fondamentalisme. Nous avons besoin de votre appui pour transformer cet assaut politique, judiciaire et policier contre la Catalogne et l’essai de consolidation conservatrice du régime de 1978,  en une opportunité féministe pour le démanteler depuis la base, ici et partout.
Feministes Indignades, anticapitalistes, antiracistes et antifascistes.
Barcelone le 28 septembre 2017


[1] Le régime de 1978 est né, après la mort de Franco, sur la base d’une constitution accordée entre les franquistes et les forces politiques de la transition, qui imposa une monarchie sans un referendum préalable. Rappelons que le monarque fut nommé directement par le dictateur Francisco Franco et qui jura les lois de la dictature.
[2] CIU parti catalan de la droite nationaliste
[3] La loi Gallardón prétendait  leur imposer l’obligation d’informer leur parents ou leurs tuteurs légaux.
[4] Le 25 Novembre date contre les violences faites aux femmes
[5] Loi votée par le Parlement de la Catalogne en Septembre 2017, qui fixe les conditions du Référendum prévu pour le 1er octobre 2017.
[6] Conseil Électoral désigné par le Gouvernement de la Catalogne pour le Referendum du 1er octobre.
[7] L’article 155 de la Constitution prévoit la possibilité de suspendre l’autonomie d’une communauté autonome dans certaines conditions, qui ne sont pas remplies dans l’actualité.